Edito du 10 octobre 2017

La retraite : difficile équation

 

La France partage avec Singapour le triste record d’être la nation sur laquelle la charge financière des retraites repose sur le plus petit nombre d’actifs :

  • 2,2 actifs pour 1 retraité (EU : 4,4 actifs , Chine 7,3 actifs)
  • 14 % du PIB est cotisé chaque année (7% en moyenne pour l’OCDE)

Avec 2 caractéristiques :

  • Le système des retraites restera déficitaire jusqu’en 2021, et déséquilibré jusqu’en 2040 au minimum…
  • Le taux de remplacement (Pension de retraite / dernier revenu) se dégrade régulièrement et  inexorablement : De 50 % en moyenne en 2017 il passera à 40 % en 2060…

Nous n’allons donc pas développer les conséquences inéluctables , que devront affronter les politiques et mouvements d’opinions divers, si le modèle actuel perdure :

  • Diminution des pensions
  • Augmentation des cotisations
  • Augmentation de l’âge de départ à la retraite
  • Rendre conditionnelles les reversions ARRCO / AGIRC / CIPAV comme celle de la retraite de base (une future bombe en raison des enjeux familiaux)

 

Simplement vous rappeler que vous êtes aussi acteur de votre Futur.

Votre patrimoine et vos liquidités doivent être arbitrés en partie sur des solutions retraites qui existent et qui reposent encore aujourd’hui sur des engagements de restitution viagère par des compagnies d’assurance. (Encore faut-il choisir des acteurs puissants et pérennes…)

  • En effet est-il encore judicieux d’investir dans des appartements locatifs ?avec une pression fiscale maintenue, un ISF immobilier maintenu , la CSG CRDS Croissante, les normes en tous genres qui vont encore plus se développer …, les droits du locataire supérieurs à ceux des        propriétaires….
  • Est-il encore judicieux de rester investi dans des livrets  qui ne compensent pas l’inflation ?
  • Est-il judicieux à long terme de rester sur des Fonds Euros, dont la rentabilité s’érode régulièrement ?

 

Il existe des placements parfaitement adaptés (PERP, Madelin, PERCO, A83… ) pour répondre aux objectifs d’améliorer ces revenus de remplacement à la retraite, avec en plus de considérables incitations fiscales :

PERP, Madelin : cotisations 100 % déductibles fiscalement de l’assiette IR, même un conjoint qui n’a pas de rémunération peut cotiser (PERP) et sa cotisation est déductible des revenus du foyer fiscal .

PEE/PERCO : Abondement et intéressement très peu chargé en charges sociales, 100 % déductibles fiscalement, sortie en capital sans impôt (Hors CSG CRDS) même avec les réformes MACRON … Pour moi le nec plus ultra.

L’assurance Vie reste également un bon véhicule. vous pouvez y ajouter des supports immobiliers pour contourner la baisse du Fonds € . Même avec la réforme Macron l’ancienneté du contrat reste privilégiée puisque chaque rachat bénéficie d’un abattement annuel de 9200 € sur les intérêts (si marié).

Vous avez 2 mois ½ avant la fin 2017, pour adapter votre situation à vos besoins, et le cas échéant augmenter vos cotisations actuelles…