Edito du 11 juillet 2018

La réversion des retraites en cas de veuvage

 

La polémique du jour n’est pas à mon avis un feu de paille. Le Haut-Commissaire à la réforme des retraites, pose une « vraie bonne » question ...
 
La situation financière du système des retraites, conjuguée aux nouveaux modes de vie, ne pourra que restreindre à l’avenir les modalités de réversion des régimes complémentaires : ARRCO, AGIRC pour les salariés et CNBF, CIPAV, CARMF pour les non-salariés.
 
Cela existe déjà en partie…
 
1) La réversion de la Sécurité Sociale (Retraite de Base) est conditionnelle aux revenus réels ou extrapolés. Si veuf ou veuve, vos revenus seront > 20 K€/An, ou/et si hors résidence principale, vos biens imposables immobiliers sont valorisés à 685 K€. Vous n’en bénéficierez pas (sauf donation, organisation patrimoniale à prévoir, etc).
 
2) Pour les Indépendants en plus de la contrainte du régime de base, la réversion du régime complémentaire de retraite est conditionnelle  également : Le revenu de référence ne doit pas dépasser 79 K€/An.
 
3) A ce jour, le partenaire pacsé ou le concubin n’a pas de pension de réversion… et le veuf ne doit pas se remarier… Cela n’est pas très souple… et sera de plus en plus remis en question pour des questions d’égalité.
 
Le débat entre les mères de famille qui n’ont pas été  rémunérées et qui ont élevé leurs enfants ou qui font du bénévolat et celles qui en plus de ces responsabilités familiales sont rémunérées existera de moins en moins. Les femmes qui travailleront sans rémunération seront de moins en moins nombreuses.

La réalité financière des systèmes de retraite aujourd’hui, confrontée à la hausse de la durée de vie, ne rendra plus possible à l’avenir un reversement non conditionnel à 60 %, quoi que l’on dise...
 
Cela veut dire qu’il faut s’intéresser de plus en plus aux systèmes de retraite supplémentaires que sont les dispositifs Madelin, PERP, Epargne Salariale, A83.
 
Il faut devenir acteur de sa retraite et de celle de son conjoint :
 
Il faut rappeler l’intérêt de souscrire un PERP au nom de son conjoint même si ce dernier n’est pas rémunéré et probablement de mutualiser les droits sur lui… Les primes sont 100 % déductibles fiscalement (limites à calculer bien sûr).
 
La Loi PACTE va rendre plus souple, plus liquide ces divers dispositifs afin de favoriser ces solutions encore trop peu utilisées, souvent par manque d’information.
 
Chacun doit dans sa gestion de patrimoine, particulièrement s’intéresser à ses revenus futurs, qu’ils soient viagers ou en capital. Ce passif patrimonial est en réalité un socle sur lequel ses actifs sont à construire.
 
Rappelons 2 caractéristiques du futur régime universel des retraites, qui doivent permettre d’accélérer ses réflexions :
 
a) Les Cadres risquent de cotiser au maximum jusqu’à 10 K€/Mois et non 26,5 K€ comme aujourd’hui
b) Les réversions ce jour augmentent en moyenne de 11,3 % les retraites des femmes, qui sont d’environ inférieurs à ce jour de 26 % à celles des hommes.
 
Nous restons à votre disposition pour vous expliquer en fonction de votre statut professionnel et de votre situation familiale, ce que vous devriez faire....
 
Bien à vous,